Le Parlement européen a adopté aujourd’hui le budget de l’Union européenne pour l’année 2020. C’est l’aboutissement des trois semaines de négociations avec les représentants de la Commission et du Conseil. La délégation de la gauche sociale et écologique félicite Pierre Larrouturou, négociateur du groupe S&D, pour le résultat obtenu.

Pour l’eurodéputé Nouvelle donne, « ce budget 2020, dans un cadre très contraint, est une victoire : la fermeté a payé, nous avons obtenu 1,9 milliard d’euros de plus que ce que proposaient les États membres. Surtout, ces sommes supplémentaires serviront nos priorités politiques : l’emploi des jeunes et le climat. Nous avons obtenu le maximum possible pour 2020, même si ce budget reste tragiquement insuffisant ».

Mais le plus difficile reste à faire : il s’agit des négociations du prochain cadre financier pluriannuel. Pour Pierre Larrouturou, « le combat fondamental est désormais de débloquer le dossier des ressources propres (taxe sur le kérosène, impôt sur le bénéfice des grandes entreprises, taxe carbone aux frontières…) afin que le prochain budget soit nettement plus ambitieux et puisse répondre à l’urgence climatique et à la demande de justice sociale des Européens ».

Pour aller plus loin

Les négociateurs du Parlement européen ont obtenu :

– un renforcement des dépenses liées au climat de 504,8 millions d’euros et 1,3 million d’euros pour l’Agence pour l’environnement, ainsi qu’une déclaration unilatérale de la Commission visant à renforcer ces lignes en cours d’année.

– des fonds supplémentaires pour la priorité Jeunesse : + 50 millions d’euros sur Erasmus et + 28,3 millions d’euros pour l’Initiative pour l’emploi des jeunes.

– 77 millions d’euros en plus pour les PME.

– 8,7 millions d’euros en plus pour les programmes culture et citoyenneté.

– 20 millions d’euros supplémentaires pour l’instrument européen de voisinage pour les pays méditerranéens et 20 millions d’euros pour l’instrument de financement de la coopération au développement.