Pour éviter que cette crise sanitaire et économique ne se transforme en tragédie sociale et politique, nous devons faire preuve de pragmatisme. Il revient à la BCE d’intervenir directement pour aider les Etats, les ménages et les entreprises, estiment Aurore Lalucq, eurodéputée Place publique, et Jézabel Couppey-Soubeyran, économiste.

Tribune à lire sur le site du Nouvel Obs