Une taxe progressive sur le capital des 1 % les plus riches permettrait de financer l’effort face à la crise en épargnant les populations les plus vulnérables et en faisant contribuer les plus grands patrimoines européens dans des proportions modérées.

Tribune publiée dans Libération